Hotel Designer - Hotel Architect – Maidenberg Architecture

Interior Design – 2010

Complexe militaro-industriel

Tel un petit conservatoire, sa structure d’acier impeccablement laquée de vert, l’entrée de l’hôtel Windsor Opéra surgit de façon inattendue dans une rue pas loin du brouhaha du quartier textile de Paris. « C’était un hôtel petit et vieux, comme beaucoup d’autres qui existent encore ici. » explique Philippe Maidenberg, l’architecte. « Presque tout a été refait. A part l’esprit classique parisien. »

Dans la partie du lobby incluse dans la véranda, Maidenberg a remplacé le verre du toit, un original de 1850, et redessiné les fenêtres de la façade pour s’aligner avec les entretoises. Il a aussi rabaissé le sol d’environ 40 cm, au niveau de la rue, pour permettre l’accès en fauteuil roulant au lobby et à deux chambres. Pour offrir un contrepoint au sol de céramique grise du rez-de-chaussée, il a choisi des couleurs vives : prune pour les murs, orange chaud et jaune lave pour les rideaux et les tissus d’ameublement.

Les chambres viennent en tranquilles combinaisons bicolores de gris pâle ou sombre avec du vert pomme, du rose vif ou Lilac. Des armoires magnifiquement à l’ancienne sont peintes en couleurs complémentaires. Beaucoup plus moderne : le morceau de cabine de Boeing 747 que Maidenberg a installé dans la salle de réception. Ce simple élément a inspiré le propriétaire de l’hôtel, Vincent Haen, dans son acquisition auprès du designer et antiquaire Pierre Farman d’une poignée de meubles et sculptures faites de l’aluminium fortement poli d’un vieil avion.

Suspendu au plafond de la salle de petit déjeuner, le propulseur d’un avion cargo est flanqué de luminaires pendants en forme de nuages. Une pair de sentinelles en forme de fusée, en fait les réservoirs de fuel d’avions de combat, gardent le lobby, où les appliques sont des éclairages d’avion. Dans une niche, une pale de propulseur d’un avion d’entraînement au combat pointe vers le haut, en référence à l’Oiseau dans l’espace de Constantin Brancusi. Il se trouve justement que Farman appartient à une fameuse famille d’aviateurs. Son grand père Dick Farman est l’un des fondateurs d’Air France. —Judy Foyard